Mal de dos : les disques abîmés bientôt réparables ?

Des chercheurs de l’Inserm ont réussi à transformer des cellules souches adipeuses en cellules qui pourraient être capables de remplacer des disques abîmes. Leurs travaux ont été publiés dans la revue Cell.

Le mal de dos toucherait 80 % de la population mondiale au cours d'une vie, selon l'OMS. 

Le mal de dos apparaît quand les disques ne peuvent plus amortir les chocs40 % de nos douleurs dorsales seraient dues à une dégradation irréversible des disques intervertébraux qui forment des “coussins“ entre les vertèbres et ne peuvent plus jouer leur rôle d’amortisseurs des chocs.Port de charges, sports, mouvements répétitifs, torsion, nous sollicitions notre colonne vertébrale en permanence.Avec le temps, les disques de notre colonne s’usent, se dégradent et ne peuvent plus jouer leur rôle d’amortisseur. Si ces pathologies sont d’apparition lente et progressive, elles se traduisent rapidement par des douleurs au niveau de la zone où les disques sont endommagés.Des cellules capables de remplacer des disques abîmésPour remédier au

mal de dos lié à l’usure des disques intervertébraux, des chercheurs de l’Inserm ont cherché à reproduire le noyau pulpeux (premier touché par l’usure des disques) qui se trouve au centre du disque et qui joue le rôle d’amortisseur.Pour cela, ils ont prélevé du tissu adipeux chez neuf patients. En combinant deux facteurs de croissance appelés TGFß et GDF5, l’équipe du chercheur Jérôme Guichaux est parvenue à transformer ce tissu adipeux  en cellules très proches des cellules pulpeuses propres aux disques intervertébraux en seulement 28 jours de culture in vitro. “Le protocole s’est avéré être une réussite indépendamment de l’âge et du poids des patients“ précise Jérôme Guicheux, principal auteur des travaux.L’équipe de Jérôme Guicheux a donc réussi à transformer des cellules souches adipeuses en cellules qui pourraient être capables de remplacer des disques abîmés. Prochaine étape : tester ces cellules toutes neuves chez l’animalPour l’instant, ces cellules sont incapables de survivre en étant réimplantées dans le disque intervétébral abîmé, mais ce travail de médecine régénératrice permet désormais aux chercheurs d’envisager la prochaine étape avant le passage en clinique : tester l’efficacité thérapeutique de ces cellules toutes neuves dans un modèle animal pertinent de pathologie dégénérative des disques vertébraux.Cette découverte représente un immense espoir pour les millions de personnes qui souffrent de mal de dos. Pathologie qui toucherait 80 % de la population mondiale au cours d’une vie, selon l’OMS.AFP/RelaxnewsSource : TGF-β1 and GDF5 Act Synergistically to Drive the Differentiation of Human Adipose Stromal Cells toward Nucleus Pulposus-like Cells, Jérôme Guicheux and al, décembre 2015, Cell (

abstract disponible en ligne).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *