Le privé 40% moins cher que l'hôpital public ?

Un “hostocomparateur“ a été mis en ligne sur internet par la Fédération Hospitalière Privée afin de démontrer le supposé surcoût de l’hospitalisation publique. Selon ce site, aligner les prix de certaines prestations sur ceux du secteur privé permettrait de faire plus d’un milliard d’économies par an. Une affirmation contestée par les représentants du service public.

Cinquante interventions médicales sont répertoriées par ordre alphabétique sur hostocomparateur.com qui souligne à chaque fois l’économie que réaliserait la Sécurité sociale si ces prix étaient aussi ceux du public : 695,84 € pour une césarienne, 1340,97 € pour une embolie pulmonaire ou encore 1055,90 € pour une prothèse de genou.Dans tous ces cas présentés, le secteur privé coûterait selon la Fédération de l’Hospitalisation Privée (FHP) en moyenne 40 % de moins à la Sécurité Sociale que le secteur public. Au final, cela représenterait près de 1,4 milliard d’euros qui pourraient être économisés chaque année. S’appuyant sur cet échantillon d’actes, les praticiens privés à l’origine de ce site souhaitent que les pouvoirs publics mettent en place des tarifs uniques pour les prestations médicales standards, convergence tarifaire pourtant repoussée à 2018 lors de la finalisation de la loi Bachelot.
Cette démarche comparative s’inscrit en effet dans une campagne continue pour “la mise en place rapide et progressive de l’application du principe d’un ‘TARIF UNIQUE pour un même soin’ “, qui, selon cet organisme, permettrait “12 à 13 milliards d’économies sur l’ensemble des prestations“ s’il était étendu à tous les actes hospitaliers.
La Fédération Hospitalière de France (FHF) a bien entendu vivement réagi : “si les cliniques commerciales ont des tarifs souvent plus faibles, c’est parce qu’elles choisissent les pathologies les plus rentables“. De plus les tarifs affichés ne tiennent pas compte “des dépassements d’honoraires facturés par les libéraux qui ont dépassé l’an dernier deux milliards d’euros, contre environ cent millions dans les établissements publics“. Enfin la FHF souligne que “l’urgence est bien de conforter les structures qui accueillent tous les patients, 24 heures sur 24, sans discrimination et pas d’augmenter la rémunération des actionnaires des cliniques“.
Une réaction indignée alors que les hôpitaux publics font déjà face à des déficits abyssaux, déficits qui seraient encore majorés par la disparition des actes rentables au profit du privé…Sources : hostocomparateur.com, Fédération Hospitalière Privée, Fédération Hospitalière de France, juillet 2009Click Here: camiseta rosario central

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *