Hépatite B aiguë : entre 1 000 et 1 600 nouveaux cas en France en 2010

Entre 1000 et 1600 nouveaux cas d’hépatiteB aiguë ont été observés en France en 2010, soit 1,6 à 2,5cas pour 100000habitants, selon une nouvelle estimation rendue publique mardi.

Une meilleure couverture vaccinale améliorerait l'incidence de l'hépatite B.

L’

hépatite B est une infection virale qui s’attaque au foie. Elle se transmet par contact avec le sang ou des fluides corporels provenant d’une personne contaminée. Jusqu’à présent, les données françaises étaient extrapolées à partir du nombre des déclarations obligatoires de l’infection par les médecins. Or, celles-ci sont très largement sous-évaluées, atteignant entre 9 à 15 % des cas estimés (contre 72 % pour les déclarations d’infections par le

VIH), ce qui aboutit à une estimation d’un cas pour 100 000 habitants.Des chercheurs de l’InVs ont donc mené une enquête originale auprès de plus de 1 400 laboratoires d’analyse de biologie médicale, tant publics que privés. Les résultats qu’ils livrent dans le dernier Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) montrent l’incidence française est en réalité très proche de celle observée dans d’autres pays d’Europe : 1,3 pour 100 000 habitants en Grande-Bretagne au cours de la période 2005-2008, 1,3 pour 100 000 en Italie en 2005 ou encore 1,2 en Norvège en 2009, même si les méthodes utilisées peuvent différer selon les pays, notamment en ce qui concerne la définition des cas aigus.“L’enquête Labohep a mis en évidence une incidence faible mais non négligeable de l’infection aiguë symptomatique (et a fortiori de l’ensemble des formes aiguës), qui pourrait être largement diminuée si les

recommandations vaccinales étaient mieux appliquées“, relève Cécile Brouard, qui a dirigé l’étude.Au-delà des infections aiguës, la France compte également des personnes infectées par le VHB de manière chronique : en 2004, leur nombre était estimé à 281 000 personnes, dont 55 % ignoraient leur infection.L’Île-de-France, en tête des régions françaises pour le dépistage des hépatites B et CLe BEH a, par ailleurs, fourni des chiffres sur les tests de dépistage réalisés en 2010 tant pour l’hépatite B que pour l’

hépatite C (VHC), également basés sur l’enquête Labohep.Au total, 3,4 millions de tests pour rechercher les anticorps anti-VHC ont été pratiqués, avec une activité particulièrement élevée en Ile-de-France, en Lorraine et dans la région PACA, tandis que les tests AgHBs de dépistage de l’hépatite B (également au nombre de 3,4 millions), étaient le plus couramment pratiqués dans les DOM, en Ile-de-France et en Paca.Le nombre des tests confirmés positifs pour la première fois est estimé à environ 29 000 pour le VHC et 22 000 pour le VHB, mais ces chiffres sont à manier avec précaution, dans la mesure où une même personne peut être comptabilisée plusieurs fois si elle est positive dans des laboratoires différents.Amélie Pelletier avec AFP/RelaxnewsSource : Bulletin épidémiologique hebdomadaire, 21 mai 2013, n°19 (

téléchargeable sur Internet).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *