Face à Brigitte Bardot, Frédéric Mitterrand descend dans l’arène

La décision d’inscrire la tauromachie au patrimoine culturel de la France n’en finit plus de faire des vagues. Après la virulente lettre que a adressé à mardi, c’est au tour du ministre de la Culture de s’exprimer et de lui répondre.

En inscrivant la semaine dernière la tauromachie au patrimoine culturel immatériel de la France, le ministère de la Culture a déclenché une polémique à la hauteur de l’éternelle lutte qui oppose les pro et les anti-corrida: enflammée et virulente. Tout le week-end, toutes les associations de défense des animaux se sont indignées d’une telle décision.

Mardi, c’était au tour dela plus célèbre porte-parole de la cause animale de s’emporter. Dans une lettre adressée à Frédéric Mitterrand, Brigitte Bardot critiquait de manière très virulente cette «scandaleuse décision» et demandait au «ministre de l’inculture» de revenir dessus. «En inscrivant la tauromachie à l’inventaire du patrimoine culturel de la France, vous venez de faire la plus grosse connerie de votre vie! (…) A peu de temps des présidentielles, vous avez probablement voulu vous mettre au diapason du minable gouvernement qui vous emploie auquel vous venez de porter l’estocade définitive et sans appel» s’emballe une BB vraiment très remontée.

Une sortie un peu olé-olé selonFrédéric Mitterrand qui a souhaité répondre. Dans un communiqué publié mercredi, le ministre affirme: «Je n’ai pas de sympathie particulière pour la tauromachie, ni pour la chasse à courre, ni pour la mise à mort des animaux pour la fourrure, ni pour le transport des animaux dans des conditions dégradantes, même si je ne mets pas toutes ces pratiques sur le même plan». Il défend ensuite la décision prise: «L’inscription de la tauromachie dans un simple inventaire patrimonial qui est fait chaque année par le ministère de la Culture n’a pas d’autre valeur que d’appartenir à un inventaire. Ça ne veut absolument pas dire que le ministère de la Culture soutiendra ou soutiendrait la candidature de la tauromachie au patrimoine immatériel de l’Unesco».

Frédéric Mitterrand termine en revenant sur la virulence des propos de l’ancienne actrice: «Je ne me formalise pas des termes utilisés par Brigitte Bardot, qui a le droit, comme tout le monde, de se mettre en colère pour des motifs qui lui tiennent à coeur. Elle a toute mon amitié et toute ma sympathie, comme j’ai eu l’occasion de le lui dire dans d’autres circonstances où ses propos avaient aussi excédé sa pensée». Nouvelle passe ou estocade finale?

Jean-Christian Hay

Mercredi 27 avril 2011

Suivez l’actu Gala sur Twitter et Facebook

Click Here: cheap all stars rugby jersey

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *