Don’t Worry, He Won’t Get Far on Foot : quel célèbre acteur comique est à l’origine du projet ?

À l’occasion de la sortie ce mercredi de “Don’t Worry, He Won’t Get Far on Foot”, biopic consacré au caricaturiste John Callahan, retour sur la genèse du nouveau film de Gus Van Sant qui a mis plus de vingt ans à voir le jour.

De Gus Van Sant avec Joaquin Phoenix, Jonah Hill, Rooney Mara

Clown triste

Vingt-trois ans après Prête à tout, Gus Van Sant retrouve Joaquin Phoenix pour Don’t Worry, He Won’t Get Far On Foot, un biopic consacré au dessinateur John Callahan, connu pour ses dessins à l’humour noir, satirique et insolent. Devenu quadraplégique suite à un accident de la route, l’artiste n’a eu de cesse de combattre son alcoolisme. Il s’agit, pour le réalisateur d’Elephant, d’un projet de longue date qui remonte à plus de vingt ans. 

Click Here: Rugby league Jerseys

À l’époque, c’est l’acteur Robin Williams qui est envisagé pour incarner John Callahan. En effet, l’interprète de Madame Doubtfire a pris en 1994 une option sur les droits de son autobiographie, Don’t Worry, He Won’t Get Far on Foot. Il souhaite en produire l’adaptation cinématographique et y tenir le rôle principal en hommage à son ami Christopher Reeve, devenu tétraplégique suite à un accident d’équitation. Pour développer le scénario et le porter à l’écran, le comédien sollicite Gus Van Sant, qui l’a dirigé dans Will Hunting. Robin Williams y incarnait un professeur qui prend sous son aile un génie rebelle qui risque la prison. Une prestation qui lui vaut l’Oscar du meilleur second rôle en 1998.

Un choix d’autant plus logique que Gus Van Sant est originaire de Portland à l’instar de John Callahan qu’il a rencontré dans les années 80 : “Ses dessins étaient publiés dans l’hebdomadaire alternatif de la ville, le Willamette Week, ainsi que dans d’autres publications. Je venais alors d’entamer le tournage de Drugstore Cowboy, nous étions donc deux artistes essayant de se faire un nom – mais lui y est parvenu plusieurs années avant moi !”

Un sujet sensible

Au cours des années 1990 et 2000, Gus Van Sant développe plusieurs versions du scénario mais aucune ne permet la concrétisation du projet. Selon lui, les studios étaient sans doute refroidis par l’idée-même de faire un film sur un caricaturiste en fauteuil roulant avec un problème d’alcoolisme, d’autant plus quand ce dernier est incarné par un acteur habitué aux rôles comiques : “Je pense que les studios avaient du mal à comprendre le concept du film. Mais tout ce temps, nous l’avons passé avec John, ce qui nous a permis d’en apprendre beaucoup sur lui et sur sa vie.”

Gus Van Sant : “L’événement le plus important dans la vie de John Callahan était sa guérison de l’alcoolisme”

Le décès de Robin Williams en 2014 stoppe évidemment la gestation du biopic. Si William Hurt se montre intéressé par l’adaptation de Don’t Worry, …, le projet retombe finalement entre les mains de Gus Van Sant : “Très peu de temps après la mort de Robin, j’ai été contacté par Sony, qui avait acheté les droits du livre. Ils faisaient le tour de leurs projets et ils m’ont demandé ce qu’ils devaient en faire, si j’étais intéressé par son adaptation. C’est à ce moment-là que j’ai demandé à Joaquin si c’était un rôle qui pourrait l’intéresser, car je ne voulais pas faire le film sans lui.” Gus Van Sant se penche à nouveau sur le scénario en tentant d’être plus fidèle au livre et en se concentrant sur l’alcoolisme de Callahan. Si Sony finit par se retirer, Amazon prend la main et permet enfin au long métrage de voir le jour, au grand soulagement de Gus Van Sant : “J’ai la sensation que le projet a toujours été un peu radioactif ! (Rires)”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *