Dengue : Nouméa va appliquer une méthode innovante

La ville de Nouméa va mettre en oeuvre une méthode innovante, reposant sur l’introduction d’une bactérie chez les moustiques, dans l’espoir d’éradiquer la dengue, ont indiqué les autorités municipales.

Cette méthode innovante repose sur l'introduction d'une bactérie chez les moustiques, dans l'espoir d'éradiquer la dengue.

Cette initiative fait l’objet d’un partenariat avec l’université Monash en Australie, où un programme baptisé “Eliminate dengue” a élaboré une technique qui consiste a innoculer une bactérie (Wolbachia) aux moustiques Aedes Aegypti, espèce vecteur des arboviroses.      “Une fois à l’intérieur du moustique, la Wolbachia retire à l’insecte sa capacité de transmettre des virus tels que la

dengue, le

zika et le

chikungunya“, a indiqué la mairie dans un communiqué. Cette bactérie est présente de manière naturelle dans 60% des insectes et ne présente donc pas de risque pour la santé.”Grâce à cette méthode autonome basée sur l’introduction de la Wolbachia, nous pouvons aujourd’hui utiliser le meilleur de la nature pour lutter contre le pire de la nature“, a déclaré Tristan Derycke, adjoint au maire.Avec l’appui de la Direction des affaires sanitaires et sociales (DASS) et l’Institut Pasteur, des moustiques porteurs de la bactérie vont être produits puis lâcher dans les quartiers de la ville, d’ici début 2018.     “Ces nouveaux moustiques iront ensuite se reproduire avec les moustiques locaux et transmettront la bactérie à leur progéniture. Après quelques mois, la majorité des moustiques propageront la Wolbachia. Cette approche naturelle visant à éliminer la propagation des virus transmis par l’Aedes aegypti constitue une alternative aux initiatives de suppression directe des populations de moustiques qui réduisent certes le nombre de moustiques dans une zone, mais exigent des épandages constants et finissent par être très coûteux“, a indiqué la mairie, qui espère éliminer les arboviroses d’ici 3 ou 4 ans.      Depuis 2011, des tests de cette méthode, réalisés dans cinq pays différents (Australie, Indonésie, Brésil, Vietnam et Colombie), ont démontré un arrêt complet ou une réduction significative de la transmission. “C’est un grand projet prometteur pour la lutte contre la dengue, nous y croyons fermement“, a déclaré Jean-Paul Grangeon, médecin inspecteur à la Dass  à la radio NC 1ère. La Nouvelle-Calédonie enregistre chaque année plusieurs centaines de cas de dengue. En septembre dernier, une femme de 61 ans a succombé à la maladie.Click Here: Fjallraven Kanken Art Spring Landscape Backpacks

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *